Montréal, Canada, est devenu pendant une semaine la capital de l’handisport à l’occasion du Défi Sportif. Du 23 au 29 Avril dernier, plus de 4000 athlètes venus du monde entier,

se sont affrontés dans leurs disciplines respectives et ont vécu un évènement fantastique.

Il s’agissait de la 29ème édition de ce grand évènement annuel qui rassemble autant d’athlètes que les Jeux Paralympiques. Depuis 3 ans, le Powerchair Football est présent dans le programme sportif du Défi Sportif.

Pendant 3 jours, 3 équipes venues de Québec, une de Colombie Britannique et une formation internationale  se sont affrontées dans un tournoi haletant. Si l’équipe internationale a dominé la phase de poule, l’intérêt de leur présence était ailleurs. Les joueurs belges, français et américain ont développé un jeu qui a incontestablement inspire les athlètes canadiens. Avec application et talent, ils ont réussi à élever le niveau de jeu du tournoi et donné de précieux conseils aux équipes locales.

Les joueurs, les arbitres et les spectateurs ont apprécié la presence de joueurs de haut niveau qui leur ont montré une autre approche de la discipline.

Le Défi Sportif, au delà du tournoi, a accueilli le match vedette de la saison canadienne de Powerchair Football au cours duquel l’équipe de l’ouest du Pays, Vancouver, a voyagé vers Montréal pour défier les équipes québécoises dans le cadre de la Canada Cup qui détermine le champion national cette saison.

Québec avait modifié sa stratégie en créant plusieurs équipes composées de joueurs pratiquant le Powerchair Football à l’école. Des parents, des bénévoles et une organisation à but non lucratif ont décidé de s’impliquer dans ce projet qui donne de nouveaux objectifs au développement de notre discipline sur la cote Atlantique du Canada. A Montréal, les 3 équipes locales ont réalisé un bon tournoi mais elles sont jeunes et encore inexpérimentées si on les compare avec l’équipe de Colombie Britannique qui présente plusieurs joueurs internationaux dans son effectif.

Les soeurs Lu, Ana et Diane, superstars du tournoi en sont le parfait exemple. Avec elles, la Colombie Britannique a parfaitement respecté son plan de jeu et n’a pas vraiment laissé la moindre chance à ses adversaires (si l’on excepte l’équipe internationale).

En outre, il semblait clair que rien ne pourrait la Colombie Britannique de ramener la Canada Cup vers Vancouver. Même si cette finale a donné lieu à un match épique où la jeune équipe québécoise de Junisport a défendu crânement sa chance, elle n’a fait que retarder une échéance devenue inéluctable. Le gardien et la défense de Junisport ont longtemps tenu bon face aux nombreuses attaques adverses mais la Colombie Britannique a fini par faire plier le dernier rempart et ensuite inscrire 5 buts pour donner une large victoire à l’équipe de la côte pacifique.

L’équipe de Colombie Britannique, emmenée par Gordon Marks, était plus mature et mieux organisée collectivement. Cela dit, ce tournoi a démontré un potentiel incroyable coté Québecois. Leur nouvelle structure sportive est clairement un ajustement intéressant pour l’avenir pour améliorer le niveau de jeu. Malgré leur manque d’expérience, les équipes québécoises sont sur la bonne voie pour franchir un cap et contester la suprématie de Vancouver à l’avenir, une équipe qui reste cependant pour l’heure la meilleure du pays. Alors félicitations à la Colombie Britannique !