Plusieurs mois d’attente insoutenable de l’évaluation de la candidature du Powerchair Football (Foot-Fauteuil) pour l’entrée de la discipline au programme

des Jeux Paralympiques de 2016 se sont achevés dans la déception Samedi dernier,après l’annonce des sports retenus par l’International Paralympic Committee (IPC) à Ganzhou, en Chine.Le Foot-Fauteuil ne sera donc pas présent à Rio. Hervé DELATTRE, le Président de la FIPFA, présent à Ganzhou pour recevoir le résultat et assister à l’ouverture des Jeux Paralympiques d’Asie, ne cachait pas sa déception mais préférait se tourner vers l’avenir avec un sentiment d’espoir : « La FIPFA est encore une jeune fédération sportive et nous avons le sentiment d’avoir déjà progressé et fait beaucoup d’efforts en construisant notre excellent dossier de candidature pour les Paralympiques de 2016 qui nous aidera pour la prochaine fois. La prochaine Coupe du Monde FIPFA se tiendra à Paris dans un peu moins d’un an. Cela reste notre vitrine et nous préparons un grand évènement pour l’occasion, auquel on espère que les dirigeants de l’IPC assisteront, pour qu’ils prennent conscience de ce qu’ils ne verront pas à Rio ! »

La FIPFA était également représentée à Ganzhou par son Président de la Zone Asie, Hiroshi Takahashi : « Nous admirons ici les milliers d’athlètes présents pour les Jeux Paralympiques Asiatiques. Beaucoup d’entre eux connaissent ou pratiquent déjà le Powerchair Football. J’espère vraiment que l’on pourra voir bientôt notre sport spectaculaire apprécié plus largement par le Mouvement Paralympique. »

Le dossier de candidature de la FIPFA a été examiné par le Board de l’IPC lors de sa réunion à Ganzhou, peu avant le début des Jeux Paralympiques Asiatiques. Il contenait de nombreux points forts, mais pas suffisamment pour convaincre les élus pour introniser le Powerchair Football comme le premier sport paralympique exclusivement en fauteuil électrique, pratiqué déjà par plusieurs milliers d’athlètes lourdement atteints qui utilisent un fauteuil électrique au quotidien et qui peuvent désormais pratiquer un sport collectif avec des compétitions régionales, nationales et internationales un peu partout dans le monde.